Chant 4ème : Fragments de pertes

Jaspiner sur les platitudes de la vie, sur les truismes journa­liers, imprègne l'homme de bêtises. La Bêtise, cette an­tiscience, trop répandue pour qu'elle ne nous effleure pas une fois au cours de notre vie ou que l'on y échappe, et qu'un jour on y soit soumis. Essayons de la perdre un ins­tant, retrouvons nos éléments dans ces fragments de pertes poétiques ou Sfouac !



I


De mon garde-fou,
Je vois l'horizon tout feuillage
Que le souffle fait chavirer .
Ce souffle qui sans cesse,
Dans la tignasse de nervures,
Violente en soupirs
Les mille touches de verts.
Ces touches, de mes verres,
S'éparpillent en mille brillances.
Les reflets emportés
Auraient empli quelques sébiles
Dont le bois n'a pour tout ombrage
Que celui des chiures amassées.
Du vertige en nature
Je ne connus que la moitié :
En l'air du quatrième au deuxième,
Une bourrasque détourna
Et broya sur la brique rouge
Ce que je vouais au pavé d'en bas.
Putain d'air !
! !



II


Alors que la moelle exsudait
Des os d'une charogne qui traînait,
Tout perché,
J'accrochais l'incisive au fruit brûlant ;
Le jus coulant
M'échauffait la langue,
Comme le ferait la salive
D'une demoiselle fruitée
Qui épluche ses spasmes.
Le tronc de mon habitat
Devint foyer ardent :
Alors que j'entamais la pulpe,
Les flammes léchaient
Mes coussinets charnus.
Une paysanne
Sèche du genou,
Rêche du cou,
Conduisait son troupeau de porcs.
Croyant voir quelques rayons
De son soleil
Au pied de mon arbre,
Elle me grogna :
« Pourceau d'la Vierge! ! !
Que glandes-tu au-dessus de l'astre !? ! »
L'entrejambe enflammé
Je lui beuglai
De la cime :
« Eh ben ! ma truie toute fripée !
J'ai bouffé l'dessert,
Mais j'attends l' rôti! »
Salaud d' feu !!!


III

Je flânais, la face à l'horizontale,
Prêt à être la proie des cumulo-nimbus
Qui pointaient leurs tétons laiteux
Vers le bleu des cieux,
Et mes cuirs gouttaient la rosée des prés.
J'attends la goutte
Qui glissera sur l'aile
Pour rejoindre les fosses nasales.
J'attends la goutte
Qui me donnera des larmes
Au goût de la source.
J'attends la goutte
Qui fera de mes lèvres
Une fraîcheur.
Ahh !!! doux crétin...
Des grêlons !
Le ciboulot canardé par des grêlons !
La face toujours à l’horizontale,
Mais pour injurier 1’alentour,
Je pris en pleine glotte
La pointe d'un barbelé...
Je brillais bientôt au soleil.
Branleuse d'eau ! ! !

IV

Affalé sur le foin
Je fais cadavre .
La bouche ouverte en coin J'aspire un brin sans prendre garde Et j'étouffe .
Garce de terre! ! !


- ET ALORS! A QUAND LA PONTE, COCO ?!!!




9 août 1987­

Aucun commentaire: